dimanche 5 février 2017

King Kong Théorie ou le «féminisme rock punk» au TTO



[Le blog de Manuel Abramowicz – Dimanche 5 février 2017]


Parcours rebelle d'une militante de la « cause des femmes » qui propose un discours différent du courant féministe mainstream. Le livre autobiographique de Virginie Despentes est aussi une pièce de théâtre. Elle est à l'affiche près de chez nous, au TTO.

Depuis le 25 janvier et jusqu'au 25 février prochain, King Kong Théorie se joue à Bruxelles, au Théâtre de la Toison d'Or (TTO), à deux pas de la Porte de Namur et du Quartier Matonge.


La pièce est inspirée du best-seller éponyme de la romancière et réalisatrice française Virginie Despentes, paru en 2006 chez Grasset. Sous le regard dramaturgique de Julie Nayer, elle est jouée par trois actrices époustouflantes Marie-Noëlle Hébrant, Maud Lefebvre et Delphine Ysaye.

La pièce débute avec l'émouvant hymne du MLF (Mouvement de libération des femmes). Comme le livre, il s'agit d'un brûlot féministe, tendance révolutionnaire et anticapitaliste. Avec une approche de type libertaire. Régulièrement à contre-courant de positions féministes mainstream.

Tout au long du déroulement de King Kong Théorie, on rit. Souvent, on est également traversé de frissons, d'une émotion glaçante, de larmes aux yeux et d'une gorge nouée. 


Du début à la fin, on questionne et se positionne sur des thèmes tels que le viol, la prostitution, la pornographie, la redistribution des richesses, l'imposition sociétale consumériste de quelques femmes quasi fatales pour cacher les millions d'autres : anonymes, quelconques, pas jolies, lobotomisées, prises dans le piège par un système de salariat d'exploitation...

Cette pièce nous permet de réfléchir sur de quoi est la vie des femmes, mais aussi de leurs relations avec les hommes, sur la domination masculine qui s'exerce sur elles depuis la nuit des temps par un système global d'oppression. Partout. Tous azimuts.

Les trois actrices déclament pendant un peu plus d'une heure un texte fort, dur, secouant, direct... Sous la forme d'une
scénographie « punk rock », comme se revendique Despentes : bande son exceptionnelle (avec un extrait du mémorable « Anti-social » de Trust) et des irruptions vidéos inédites.


King Kong Théorie, une pièce à voir, par les femmes et par les hommes. Pour sortir des stéréotypes de genre en commençant par en prendre conscience. S'en libérer ensuite. Pour vivre en fin en toute liberté.


MANUEL ABRAMOWICZ







King Kong Théorie Jusqu'au 25 février prochain. Au Théâtre de la Toison d'Or (TTO)396-398 Galeries de la Toison d’Or -  1050 Bruxelles (Ixelles) - www.ttotheatre.com



© Manuel Abramowicz 2017

samedi 4 février 2017

Revue de presse

Quelques présences dans des médias de la presse belge et étrangère du 25 mai 2016 au 9 janvier 2017.






























La séquence du JT du 13h sur la Une RTBF, puis également au JT du 19h30 du 3 août 2016. Image : RTBF.

















samedi 14 mai 2016

RésistanceS.be sur BFM TV pour 500 millions d'Européens contre l'extrême droite



[Article de RésistanceS.be – Dimanche 8 mai 2016]


REVUE DE PRESSE – Ce samedi, le journal RésistanceS.be était l'un des invités du plateau de l'émission « 500 millions d'Européens » de BFM TV. Pour répondre à cette question : « les extrémistes élus au Parlement européen peuvent-ils tout se permettre ? »



Ce samedi 7 mai, au nom du journal RésistanceS.be, Manuel Abramowicz était un des invités de « 500 millions d'Européens », une émission de débat sur l'actualité européenne proposée par la chaine de télé BFM TV présenté par le journaliste Yann-Antony Noghès (en photo ci-dessous).

Enregistrée au Parlement européen de Bruxelles, cette émission hebdomadaire était consacrée à la présence de députés d'extrême droite et néonazis au Parlement européen.



Egalement présents sur le plateau de « 500 millions d'Européens » :

  • Claude Rollin, eurodéputé belge du centre démocrate Humaniste (cdH).
  • Jean-Sébastien Lefebvre, journaliste à Contexte.
  • Nicholas Hirst, correspondant à Bruxelles du journal anglophone européen Politico
  • Eric Chol, directeur de la rédaction de l'hebdomadaire Courrier international (en direct de Londres).



SIMON HARYS 
Membre de la rédaction de 
RésistanceS.be












                                                                                                                    IMAGES : BFM TV


POUR VOIR CETTE EMISSION CLIQUEZ ICI
© Article du journal en ligne  RésistanceS.be | Bruxelles | Dimanche 8 mai 2016 | info@resistances.be | Archives (1997-2014) : www.resistances.be | RésistanceS.be est aussi sur FACEBOOK ICI



C

mercredi 6 avril 2016

Interview dans l'hebdomadaire « Moustique » !


Hooligans et extrême droite, l'expertise de RésistanceS.be dans l'hebdomadaire Moustique


[Article de RésistanceS.be – Mercredi 6 avril 2016]


> © Photo RésistanceS.be

DECRYPTAGE DE RESISTANCES.BE  – Depuis les incidents survenus à la Bourse, le dimanche 27 mars dernier, avec des hooligans d'extrême droite identifiés par le journal RésistanceS.be, toute la presse en parle. Cette semaine, le news magazine belge Moustique y revient dans le détail. Avec nous.


Le dossier central de l'hebdomadaire belge Moustique, sorti ce mercredi 6 avril, s'intitule « Vivre avec le terrorisme : la tentation de la haine ». Le journal précise, dans l'introduction de ce dossier : « Hooligans, skinheads et autres nazillons ont marché sur Bruxelles pour ''lutter contre Daech''. Et surtout s'opposer à la marche contre la peur et les amalgames. Après les bombes, doit-on craindre les bombera ? Reportage au coeur de ''l'autre menace". »

Réalisé par le journaliste Harold Nottet, avec sa collègue Anne-Cécile Huwart, ce dossier exceptionnel de Moustique revient avec des nouvelles informations intéressantes sur le déroulé exacte des incidents du 27 mars dernier, au coeur de la ville de Bruxelles.

S'adressant au chef de Nation, celui-ci démontre le malaise de son mouvement d'extrême droite, accusé d'avoir infiltré les rangs des hooligans. Ceux-ci ont une image des plus négatives pour la majorité de l'opinion publique. Pourtant, ils représentent une réserve militante importante pour les groupuscules néonazis et néofascistes. L'auteur du dossier conclut alors : « Depuis que le mouvement Nation s'est distancé de ses hooligans les plus durs et de ses skinheads (...), le nombre de ses activistes ne dépasserait pas la trentaine. Les dimanches et jours fériés. ».

Il faut savoir que, depuis 2015, le gros de ses troupes de choc - actif surtout dans « Jeune Nation », la structure de jeunesse du mouvement d'extrême droite - l'a quitté suite à des conflits internes importants. Ces départs ont juste été remplacés que par quelques nouveaux membres. Résultat de ce tourn-over : Nation a quasi toujours le même nombre d'activistes qu'en 1999, soit l'année de sa création. En clair : une progression zéro, malgré une période politique, économique et sociale favorable partout ailleurs à l'extrême droite : en France, en Grèce, en Allemagne, aux Pays-Bas...

> © Photo RésistanceS.be




L'expertise du journal RésistanceS.be 

Pour encore mieux comprendre la mouvance des hooligans d'extrême droite, le magazine Moustique s'est entretenu, pour une interview, avec le rédacteur en chef de notre journal, Manuel Abramowicz. Avec le titre « Foot et bières pour stopper Daech », l'hebdo précise : « Spécialiste de l'extrême droite, Manuel Abramowicz décrypte cette nouvelle forme de hooliganisme qui voudrait casser de l'islamiste. »

Pour lire ce dossier très intéressant et cette interview utile sur un phénomène très peu abordé dans la presse et les études universitaires, rendez-vous chez votre libraire pour vous procurer ce numéro de l'hebdomadaire Moustique. Qui démontre, comme bien d'autres médias, l'importance du journalisme d'investigation du journal RésistanceS.be. Au grand regret des groupes sectaires d'extrême droite ou de la droite populiste tentée par le virage lepéniste.



SIMON HARYS 
Membre de la rédaction de 
RésistanceS.be




> © Photo RésistanceS.be



© Article du journal en ligne  RésistanceS.be | Bruxelles | Mercredi 6 avril 2016 | info@resistances.be | Archives (1997-2014) : www.resistances.be | RésistanceS.be est aussi sur FACEBOOKICI





.

vendredi 1 avril 2016

Mon texte pour le Mensch Johannes Blum


La revue Regards, mensuel du CCLJ, m'a demandé d'intervenir, le dimanche 13 mars dernier, à la cérémonie de remise du titre de Mensch de l'année 2016 à Johannes Blum, reçu avec Judith Kronfeld. Voici mon texte lu lors de cette émouvante cérémonie.




Johannes Blum est un Allemand à contre-courant.


Un Allemand qui nous permet aussi, d'une autre façon, de comprendre le plus terrible drame européen contemporain.

Un drame qui le fut pour des millions de non-Allemands.

Mais également pour des millions d'Allemands démocrates, antinazis, antiracistes...

Ces Allemands catholiques, protestants, juifs, non-croyants, communistes, socialistes et libéraux qui furent les premières victimes du nazisme.

Johannes Blum est un Allemand qui nous permet de refuser de tomber, à notre tour, dans le piège enfermant des stéréotypes et des préjugés. Des replis mentaux conduisant dans la plupart des cas dans la voie sans issue du racisme.

Enfant d'un enfant caché, petits-fils de réfugiés polonais et espagnols ayant trouvé une terre d'exil en Belgique, la tolérance et le rejet de tous les racismes ont été le fil rouge de notre éducation.

De celle-ci, nous avons appris à ne pas détester l'Allemagne et les Allemands, malgré Hitler et le génocide.

Nous avons appris qu'il fallait rencontré et dialogué avec tous les survivants du nazisme. Allemands compris.

Johannes Blum en est un.

Pour terminer ma courte intervention, permettez-moi de faire une citation adaptée au Mensch Johannes Blum et inspiré du poême « Je n'ai rien dit » du
pasteur allemand Martin Niemöller (1892–1984), militant politique antinazi, écrit lors de son emprisonnement au camps de concentration de Dachau.



Voici mon adaptation de ce poème :



Quand ils sont venus chercher les communistes,
j'ai dit.
Je suis communiste

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
j'ai dit.
Je suis syndicaliste

Quand ils sont venus chercher les juifs,
j'ai dit.
Je suis juif

Quand ils sont venus chercher les catholiques,
j'ai dit.
Je suis catholique

Et, puis ils sont venus me chercher.

Et il restait tout le monde pour protester et resister !



C'est la leçon de vie que nous enseigne Johannes Blum.



Manuel Abramowicz
Dimanche 13 mars 2016



Johannes Blum en 2015 au stand de RésistanceS.be.



© Blog Manuel Abramowicz, mars 2016






.

Cérémonie des « Mensch 2016 », j'y étais




Voici l'article de la revue REGARDS publié, le lundi 14 mars 2016, sur le site du CCLJ, à l'occasion de la remise du titre du Mensch de l'année.


© Photos : Gaby Farkas – Montage pêle-mêle : M.AZ.

Près de 200 personnes se sont rassemblées ce dimanche 13 mars 2016 pour assister à la cérémonie de remise du titre du Mensch de l'année 2016 à Judith Kronfeld et Johannes Blum, deux personnalités exceptionnelles dont le CCLJ tenait à souligner le rôle considérable au sein de la communauté juive de Belgique.

Après l'introduction du président Henri Gutman, les différents intervenant se sont succédé à la tribune pour témoigner de leurs actions :

Sophie Rechtman, ancienne présidente de l'Enfant caché ; Philippe Markiewicz, président du Consistoire israélite et ancien président du CCOJB ; Gaëlle et Gitla Szyffer, pour Continuité de l'UARJB (Union des anciens résistants juifs de Belgique); le baron Lucien Buysse, président de la Commission de restitution des biens juifs spoliés, rappelant chacun le dévouement de Judith Kronfeld pour sa communauté ; Alice Michalowski, la fille de Matyla Michalowski-Dyament ; le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, Olivier Maingain ; le coordinateur de ResistanceS, Manuel Abramowicz ; l'ancien directeur du Musée de la Résistance et de la Déportation de Malines, Ward Adriaens, et enfin Simon Gronowski, l'enfant évadé du 20e convoi, aujourd'hui témoin dans les écoles, ont quant à eux mis en lumière l'investissement de Johannes Blum dans la sauvegarde de la mémoire de la Shoah.

Des interventions entrecoupées de deux diaporamas et intermèdes musicaux, assurés par André Reinitz, au piano, Raksha, à la flûte traversière et Joëlle Strauss, au violon.

La famille de Judith Kronfeld a conclu la cérémonie en interprétant magnifiquement une « Chanson pour l'Auvergnat » de Brassens revisitée, adressée à Judith, avant la remise des diplômes aux deux Mensch, et la réception traditionnelle pour terminer une soirée comme toujours riche en émotions.




© REGARDS in blog Manuel Abramowicz, 14 mars 2016





.

mardi 1 mars 2016

Le journal RésistanceS.be et le MRAX ensemble à la CSC pour lutter contre l'extrême droite


> Lundi 29 février 2016, lors d'un ciné-débat organisé à Saint-Ghislain par le groupe Migrant de la Confédération des syndicats chrétiens (CSC) de Mons-La Louvière.

Plus d'infos ?
Rendez-vous sur le blog d'infos du journal d'investigation RésistanceS.be