dimanche 20 janvier 2008

Les CCC, au-delà du cliché



  • Edité par : Le Journal du Mardi

  • Auteur : Manuel Abramowicz

  • Date de publication : 12 décembre 2006

  • Nombre de pages : 6

  • Format : News magazine

  • Illustrations : oui


Les Cellules communistes combattantes (CCC) ont défrayé la chronique durant les années 1980. L'information les concernant est restée lacunaire. Deux de leurs principaux membres – condamnés à perpétuité en 1988, mais récemment libérés – ont voulu faire connaitre « leur » vérité. Dont la première n'est pas négligeable : les CCC n'ont jamais voulu verser le sang, contrairement à la plupart des mouvements de lutte armée passés et surtout actuels. Si des conditions de détention exténuantes n'ont pas eu raison de Bertrand Sassoye et de Pierre Carette, le passage au XXIe siècle et tous ses bouleversements n'ont pas davantage modifié leur vision d'un marxisme-léninisme pointilleux.

Dans ce dossier, j'ai proposé un retour sur les « années de plomb », lorsque la Belgique était un terrain privilégié de l'affrontement Est-Ouest. Après un article revenant sur la genèse des CCC (nées en 1983 dans la clandestinité, elles s'auto-dissoutes en 1986), la présentation d'un who's who des autres organisations de la « guérilla ouest-européenne » de l'époque (Rote armee fraktion en Allemagne, Brigate rosse en Italie, Grapo-PCE(r) en Espagne, Action directe en France...) et une chronologie de la lutte armée en Belgique (de 1961 à 2006), j'ai réalisé une interview exclusive de Bertrand Sassoye et de Pierre Carette, les militants les plus connus des CCC. Une organisation politico-révolutionnaire qui marqua la Belgique de la fin du siècle dernier.