samedi 5 janvier 2008

Recommandations sur une communication...

... qui s’oppose aux idées
de l’extrême droite

  • Editée par : Coordination « Extrême droite, non merci ! » (Bruxelles)

  • Année de publication : 1999

  • Nombre de pages : 16

  • Format : A5


Cette brochure a été réalisée par la coordination bruxelloise bilingue « Extrême droite, non merci ! ». Véritable vade-mecum pour adopter la meilleure communication (dans les tracts, les affiches, les discours…) face aux partis et organisations antidémocratiques, cette brochure de 16 pages a été réalisée avec les conseils de plusieurs spécialistes de la lutte contre l’extrême droite (Manuel Abramowicz, Denis Grégoire, Nicole Mayer, Myriam Mottard…) et du « monde de la communication » (Noël Slangen, Marc Vanhellemont, Chris Vanlangendonck…). Cette brochure nous enseigne que l’ignorance est une stratégie qui peut être considérée comme entièrement dépassée. Il faudrait plutôt se lancer, en bloc et de front, dans un combat actif et direct sur les terrains où l’extrême droite monte. Les auteurs de cette brochure n’hésitent pas, avec raison, de formuler une critique sans complaisance à l’égard des initiatives antifascistes qui ne réussissent finalement à mobiliser que les convaincus. L’effet sur l’impact de l’extrême droite est dès lors quasi nul. Pour ébranler l’ascension des populistes xénophobes, il faut agir stratégiquement et intelligemment. En premier lieu, il est important de pouvoir correctement analyser la « cible », en s’imaginant dans la peau des militants et sympathisants du VB ou du FN, en tentant de comprendre leurs électeurs. Ensuite, dans l’élaboration d’une communication, il faut élaborer des messages simplifiés, être concret et arriver à toucher les points faibles de l’adversaire. Dans cette brochure, il est encore listé « ce qu’il faut éviter » (les comparaissons excessives avec les nazis, la primauté à la problématique de la multiculturalité et à la sécurité, les discours difficiles, intellectualisants ou moralisants…).